Comment j’ai fait économiser 2700 € à 82 personnes !

David et GoliathCette vidéo est un remake de David et Goliath… Aller je ne vous en dis pas plus…

Transcription de la vidéo

Comment j’ai fait économiser 2700 € à 82 personnes !

Cet article traite d’un sujet que certains connaissent : la vie en copropriété.

Pour ceux qui ne sont pas copropriétaires, cela revient à dire que vous vivez dans une mini république pour la quelle il y a un gouvernement : le conseil syndical, un exécutant : le syndic de copropriété (bénévole ou professionnel) qui quand il est professionnel se sert grassement au passage, et l’assemblée générale (AG) qui est composée de tous les copropriétaires y compris ceux qui siègent au conseil syndical. Tout ceci est géré par des statuts et un règlement de copropriété.

Au moins une fois par an, est organisée l’AG lors de laquelle les copropriétaires votent des résolutions qui se présentent sous forme de projets pour la copropriété (comme le ravalement d’un immeuble). Chaque copropriétaire détient une voix, mais celle-ci est plus ou moins importante en fonction des tantièmes de la copropriété dont il est propriétaire : par exemple une personne qui est propriétaire d’un appartement de 80 m² sera normalement avantagée en vote par rapport à une autre qui est propriétaire d’un 20m².

Maintenant, entrons dans le vif du sujet :

En 2012 j’ai acquis ma seconde résidence principale dans une copropriété de 82 logements. Mon épouse et moi avons tout de suite eu le coup de cœur sur le parc en bord de Seine qu’elle offrait avec ses arbres splendides, garnis pour certains de belles fleurs roses au printemps.

Quelques mois après, stupéfaction ! J’appris qu’une partie de ce magnifique espace vert allait être rasé afin d’agrandir le parking qui est collectif, de 42 nouvelles places. Ceci aurait permit d’en avoir une attribuée à chaque appartement. Après tout, une place de parking située dans le centre de Poissy et à seulement 1 minute de la gare, ça peut se louer ou se revendre assez cher me direz-vous. Le tout pour seulement 2700 € d’investissements pas mal !!

J’étais un peu triste pour mes arbres, mais la rentabilité que cette place offrait était vraiment intéressante. J’en parlais à quelques voisins copropriétaires qui commençaient à adhérer au projet eux aussi. Ce qui était également intéressant c’est que le projet prévoyait de faire la réfection de la voierie en plus des parkings ainsi qu’un système de récupération  des eaux usées. Bien que les deux projets parking et voierie auraient dut être dissociés pour que les copropriétaires puissent voter pour l’un ou pour l’autre indépendamment, je n’ai pas compris au début pourquoi le conseil syndical prévoyait de rassembler les deux projets en un seul.

Le jour de la convocation arriva (minimum légal 3 semaines avant l’AG).

Stupéfaction !! Il manquait quelque chose dans le projet, quelque chose qui me titillait. Nous allions devenir propriétaires d’un nouveau lot, une place de parking, mais ils ne disent rien sur la signature d’un acte notarié. J’ai donc demandé pourquoi nous ne passerons pas devant le notaire au syndic, et celui-ci m’a répondu : « c’est normal, puisque cette place de parking restera partie commune et que vous ne serez donc pas propriétaire. En effet, pour qu’une partie commune puisse être vendue, il faut que l’AG vote la résolution à l’unanimité ». En un mot il aurait fallu que tout le monde soit d’accord, chose impossible dans une copropriété de 82 logements.

Mon sang n’a fait qu’un tour, nous allions tous payer 2700 € pour être les heureux propriétaires de … RIEN !

Nous n’aurions qu’un droit d’usage. Interdiction de louer et impossible de vendre le parking puisque nous n’en sommes pas propriétaires. Imaginez sur l’annonce le bon coin « vend appartement de 53 m² avec place de parking » et devant le notaire, votre acheteur qui vous dit : « mais où est le lot correspondant à la place de parking ? » « Euh… Comment vous dire, la place n’est pas à vous, vous avez simplement le droit de l’utiliser ! ». En discutant avec quelques voisins, je compris qu’ils ne soupçonnaient rien de cette affaire et qu’ils croyaient devenir nouveaux propriétaires.

J’ai voulu savoir comment faire « capoter » ce projet. J’ai appris qu’il fallait l’accord de l’urbanisme puis d’un grand architecte de France, sachant que la résidence se situe à proximité d’un pont inscrit aux monuments historiques (c’était pas gagné pour eux).

Dans le doute, je ne voulais pas en rester là et avec deux autres copropriétaires, nous avons mis par écrit et signé nos inquiétudes par rapport à ce projet. Nous avons également proposé un contre projet proposant de réaliser juste une dizaine de place de parking sur des plaques en PVC alvéolé. Ce contre projet aurait coûté une bouchée de pain et permit de sauvegarder tous les arbres sans détruire une seule partie du parc. Cela aurait permit aux quelques 5/6 voitures qui ne peuvent pas se garer sur le parking collectif de trouver place au lieu de stationner sur le gazon.

Avec une voisine, nous avons distribué les 82 exemplaires tous signés dans toutes les boîtes aux lettres de la résidence (ce qui a fortement déplu à quelques membres du conseil syndical).

Imaginez la réactivité qu’il m’a fallu pour rédiger, tirer les exemplaires de tracts, les faire signer et les distribuer en seulement quelques jours car j’avais prévu les distribuer 1 semaine avant pour que les gens puissent les lire et nous envoyer des pouvoirs s’ils ne pouvaient se rendre à l’AG.

Le jour de l’AG arrive ! Ma voisine a récolté 2 pouvoirs depuis et moi aucun. Je commence à me dire que ça risque de passer et une petite voix dans ma tête me dit : « As-tu été voir ton voisin d’en face pour savoir s’il va à l’AG ? S’il n’y va pas il te donnera peut-être son pouvoir. ». Je n’aime pas trop aller déranger les gens, mais ne pas passer à l’action n’est pas dans mon état d’esprit et je suis donc allé sonner chez lui. Il ne pouvait pas se rendre à l’AG et me donna son pouvoir.

Juste avant l’AG, je me suis posté devant la porte de la salle pour distribuer des tracts au cas où certaines personnes n’aient pu le lire avant. Certains me faisaient la tête en passant devant moi et d’autres me félicitaient « c’est bien ce que vous avez écrit, moi je n’avais pas pensé à ça mais vous avez raison ! ».

La salle était plutôt remplie, plus de la moitié des copropriétaires étaient présent. Le vote arrive ! Qui est contre ? Des mains se lèvent, pas trop mal. Qui s’abstient ? 3 mains se lèvent, mouais. Qui vote pour ? Environ la moitié des mains se lèvent, hou là c’est chaud !

Le projet est rejeté à … tantièmes (c’est-à-dire presque rien). OUUUUF, voilà une bonne chose de faite ! En bref, si je n’étais pas passé juste avant pour prendre le pouvoir de mon voisin, le projet aurait été voté. 2700 € d’économisé, sans cette somme je n’aurais pas pu acheter mon premier bien immobilier à usage locatif dans Paris. C’est également ce que j’ai aujourd’hui sur mon PEA.

Lorsque je suis sorti, un petit groupe de gens s’est créé autours de moi. Je pensais que j’allais me faire insulter, mais non les gens me remerciaient pour ce que j’avais fait, même si la plupart étaient déjà contre le projet avant la diffusion de mon tract.

Cet article a pour but de mettre en évidence que jamais rien n’est joué d’avance. Chacun a le pouvoir de changer les choses et surtout le cours de sa vie, à condition de passer à l’action et d’aller jusqu’au bout sans se laisser intimider, décourager.

Je ne le répéterai jamais assez, le passage à l’action est la clé de votre bonheur !

Merci d’avoir été jusqu’au bout de cette vidéo et n’hésitez pas à laisser des commentaires.

Ce contenu a été publié dans Expériences personnelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Comment j’ai fait économiser 2700 € à 82 personnes !

  1. Guillaume RP dit :

    Félicitations, un point de vue plutot réaliste.

  2. Greg dit :

    Super!
    Chapeau!
    Je te reconnais bien là!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *